RECHERCHE Fondamentale

Rôle d’une population cellulaire intestinale exprimant le récepteur CX3CR1 lors de l’infection par le VIH-1
Aides Aux Equipes, Recherche Fondamentale

FINANCEMENT

Porteur du projet : Mariangela CAVARELLI

Laboratoire : CEA - Institut de Biologie François Jacob - le Service d'Immuno-Virologie (SIV) - FONTENAY AUX ROSES - Ile-de-France

Montant : 74 328 € - Durée : 24 mois

RESUME

Malgré l’avènement des traitements antirétroviraux, les patients infectés par le VIH-1, montrent encore des signes de dysfonctionnement de la barrière intestinale. L’objectif de ce projet est de caractériser l’immunopathologie lors de l’infection par le VIH dans le tractus gastro-intestinal et de mieux définir le rôle joué par la translocation microbienne et par les changements dans la flore microbienne dans la perte d’intégrité de la barrière intestinale chez les patients infectés par le VIH-1. Nous allons spécifiquement nous intéresser aux cellules phagocytaires de l’intestin qui expriment le récepteur de la fractaline CX3CR1 et dont leur rôle a été  demontré dans le maintien de l'homéostasie intestinale. A l’heure actuelle, certaines comorbidités notamment les maladies du foie sont des complications communes chez les patients infectés par le VIH et sont associées aux modifications à la fois qualitative et quantitative de la flore microbienne. Cependant, les mécanismes précis induisant ces comorbidités lors de l’infection par le VIH ne sont pas bien définis. Dans le cadre de ce projet, nous utiliserons le modèle de l’infection par le SIV chez le macaque cynomolgus et des approches in vitro, ex vivo et in vivo afin de définir les premières étapes qui conduisent à l’inflammation intestinale, à l’ activation globale du système immunitaire et aux modifications de la flore microbienne lors de l’infection par le VIH-1/SIV.

Notre hypothèse est que la population étudiée CX3CR1+ est impactée très tôt dans l’infection par le VIH- 1/SIV, contribuant à la perte d’intégrité de la

barrière intestinale, à une dysbiose et au transfert de produits bactériens dans l’organisme qui favorisent une activation locale et systémique.

Sur le long terme, nous allons donc déterminer si la restauration de la flore microbienne et/ou le maintien de la population intestinale exprimant CX3CR1 peuvent améliorer significativement l’intégrité des barrières intestinales et réduire l’inflammation chronique et le développement de comorbidités. Ces travaux devraient contribuer à mieux comprendre les mécanismes de l’inflammation chronique lors de l’infection par le VIH-1/SIV et pourraient apporter de nouvelles perspectives afin de traiter les complications et comorbidités liées à l'infection du VIH.

Année

2020