RECHERCHE Fondamentale - immunologie

Comprendre le contrôle moléculaire de l'interaction différentielle des sous-populations de cellules dendritiques humaines avec le VIH-1.
Jeunes Chercheurs

FINANCEMENT

Porteur du projet : Xin LUO
Responsable Scientifique : Marc DALOD 
Laboratoire : INSERM U1104 - CIML
MARSEILLE - PACA
Montant : 100 000 € - Durée : 24 mois
 

RESUME

Les cellules dendritiques (DC) sont considérées être infectées par le VIH-1 et promouvoir sa dissémination dans l’organisme. Cependant, elles sont aussi indispensables à la détection du virus par l’hôte pour l’induction d’une immunité protectrice. Les DC sont hétérogènes. On ne sait pas quels sous-types exercent des fonctions délétères ou bénéfiques. On ne connait pas les modalités d’interactions du VIH-1 avec les soustypes de DC classiques (cDC) présents dans les organes lymphoïdes secondaires et orchestrant l’immunité antivirale: les cDC1 et cDC2, dont la rareté et la fragilité rendent l’étude très difficile. Les équipes de Marc Dalod et Nicolas Manel ont développé des connaissances et des outils complémentaires pour répondre à ces questions. Récemment, les équipes ont démontré une interaction différentielle entre VIH-1 et cDC1 versus cDC2. En effet, il semble que le VIH-1 échappe au système immunitaire, au moins en partie, de par sa faible capacité à infecter les cDC2. Ceci a pour conséquence de limiter la capacité des cDC1 à coopérer avec les cDC2 et à activer efficacement le système immunitaire. Dans ce projet, je disséquerai les mécanismes moléculaires sous-jacents à ces observations. Les connaissances générées amélioreront notre compréhension de la physiopathologie de l’infection par le VIH-1 et pourraient contribuer à la conception de traitements immunothérapeutiques innovants complémentaires des chimiothérapies antirétrovirales pour moduler en faveur des patients les interactions entre système immunitaire et virus.
 

Année

2018