RECHERCHE Fondamentale Immunologie

Etude des effets de la protéine antisens du VIH-1
Jeunes Chercheurs, Recherche Fondamentale

FINANCEMENT

Porteur du projet : Abla Myriam HOUMEY

Responsable Scientifique : Antoine GROSS

Laboratoire : Institut de Recherche en Infectiologie de Montpellier  - UMR 9004 - MONTPELLIER - Occitanie

Montant : 120867 €- Durée : 36 mois

RESUME

Depuis plus de trente ans, tous les articles et manuels scientifiques relatent la présence de 9 gènes dans l’organisation du génome viral du virus de l’ immunodéficience humaine de type 1 (VIH-1), l’agent étiologique du sida. Cependant, dès 1988, Roger. H. Miller décrivait, dans une note publiée dans la revue Science, l’existence d’un nouveau gène, le dixième gène (gène asp), localisé sur le brin antisens du génome proviral intégré dans l’ADN de la cellule infectée, chevauchant avec le gène de l’enveloppe virale.

Grâce, en particulier, aux travaux de notre équipe, nous avons pu montrer que : 1/ le VIH-1 possède une activité transcriptionnelle anti-sens 2/ qu’une protéine anti-sens ASP (Anti-Sense Protein) est produite grâce à ce mécanisme à partir du gène asp, 3/ que la protéine ASP est exprimée in vivo , 4/ et que le gène asp est apparu au moment de l’émergence du virus pandémique. Cependant la (les) fonction(s) de la protéine ASP reste (nt) à ce jour totalement inconnue(s).

Récemment, nous avons vu qu’ASP avait un effet pro-inflammatoire et identifié une protéine cellulaire capable d’interagir avec ASP. Cette protéine cellulaire possède plusieurs fonctions au niveau de la synthèse et de la dégradation des protéines, mais aussi au niveau de la réponse immunitaire. Elle peut se retrouver dans la cellule dans le noyau, le cytoplasme, au niveau de la membrane plasmique, mais aussi dans le milieu extracellulaire libre ou dans des vésicules nommées exosomes.

Le but de notre projet est d’identifier la (les) fonction(s) d’ASP. Pour ceci, nous développerons un projet consistant à évaluer les conséquences de cette interaction: 1/ sur l’inflammation et la réponse immune 2/ sur l’infection virale. L’ensemble des données acquises nous permettra de déterminer le rôle de cette protéine dans l’histoire naturelle de l’infection par le VIH-1

Année

2020