RECHERCHE Opérationnelle

Etude portant sur les séniors vivant avec le VIH au sein de structures médicosociales en Ile-de-France
Sciences Sociales

FINANCEMENT

Porteur du projet : Adrien BESSEICHE

Laboratoire : Gériatrie et Gérontologie - Gerondif - PARIS - Ile-de-France

Montant : 106 146 € - Durée : 24 mois

RESUME

En France, le nombre de personnes vivant avec le VIH a augmenté régulièrement depuis le début de l’épidémie, en raison de l’augmentation de l’espérance de vie des personnes contaminées, mais aussi du fait des nouvelles contaminations annuelles toujours supérieures aux décès de personnes séropositives. Les données de 2014 montrent que l’âge médian des séropositifs est de 50 ans, que 7% ont plus de 60 ans et 4% ont plus de 70 ans. La distribution par tranches d’âges des personnes contaminées est très inégale. Par exemple, les 40-44 ans représentent 7,5% de la population française, tandis que 23% des séropositifs appartiennent à cette tranche d’ âge.

Être séropositif et sénior devient une réalité, ces données traduisant bien l’ effet de vague démographique attendue dans les décennies à venir,  permettant d’anticiper la prise en charge gériatrique de cette population, tant du point de vue des séropositifs, des professionnels que des proches aidants. Pourtant, ni les séropositifs, ni l’entourage ou leurs soignants ne sont véritablement préparés à ce phénomène, pour préparer la perte d’autonomie précoce et l’accompagnement par une structure médico-sociale (EHPAD, SSIAD, etc.). Peu d’études s’intéressant aux répercussions sociales du VIH et au retentissement sur la prise en charge de la  dépendance des séropositifs sont actuellement disponibles. De plus, la rencontre des séropositifs avec les structures médico-sociales suscite des questions et des réflexions de la part des équipes soignantes et des directeurs, à la fois sur la prise en charge et pour l’accompagnement. L’étude V.I.AGE vise à évaluer le nombre de séropositifs de 60 ans et plus actuellement pris en charge par des structures médicosociales en Ile-deFrance. Une fois ces sujets identifiés, le but est de mieux les connaitre en réalisant un portrait clinique (lié au VIH), gériatrique (perte d’autonomie) et social (situation individuelle et parcours de vie). Enfin les sujets, leurs proches aidants et les professionnels du médico-social, seront interrogés pour identifier les freins à lever et des adaptations à mettre en place dans les structures, pour améliorer l’accompagnement les séropositifs en perte d’autonomie et prévenir les situations risque ou stigmatisantes.

Année

2020