La PrEP, mode d'emploi

La prophylaxie pré-exposition (PrEP) est une stratégie de prévention du VIH. Mais comment ça marche ? On fait le point... [Mise à jour le 12.01.2022]
Publié le 03.06.2021.
En premier lieu, qu’est-ce que c’est ?

La prophylaxie pré-exposition est un outil préventif qui permet à une personne séronégative exposée au VIH de se protéger en prenant un traitement antirétroviral. Plusieurs études ont ainsi montré l’efficacité du Truvada® (ou de ses génériques), une combinaison de deux molécules capables d’empêcher l’infection des cellules par le VIH. A l’origine commercialisé comme traitement curatif pour les personnes séropositives, ce médicament est autorisé à titre préventif aux Etats-Unis en 2012. La France est le premier pays d’Europe à en rembourser son usage dans le cadre de la PrEP.

Ce n'est pas la même chose que le TASP ?

Au milieu de tous ces acronymes on peut s'y perdre. Mais il ne faut pas confondre la PrEP avec les traitements qui sont donnés aux personnes vivant avec le VIH. En effet, une personne vivant avec le VIH ayant une charge virale indétectable grâce aux traitements ne transmet pas le virus lors des relations sexuelles. C'est ce que l'on appelle alors le "traitement comme prévention".

Mais qui est concerné par la PrEP ?

En se fiant aux recommandations de l’OMS, notamment, la PrEP s’adresse en priorité aux publics ayant un plus haut risque d’acquisition du VIH :

  • Les hommes ayant des relations sexuelles avec les hommes (HSH)
  • Les personnes transgenres

Et au cas par cas pour :

- Les usagers de drogues intraveineuses avec partage de seringues
- Les travailleurs.euses du sexe exposés.ées à des rapports sexuels non protégés
- Les personnes en situation de vulnérabilité exposées à des rapports sexuels non protégés et à haut risque de transmission du VIH

Toutes les personnes concernées ne le sont pas forcément tout au long de leur vie sexuelle, qui évolue et n’impliquera pas obligatoirement le recours au même moyen de protection selon les moments : la PrEP est un outil de prévention parmi les autres. 

En quoi consiste le traitement ?

Deux modalités de traitement sont recommandées en France :

  • Un traitement continu, avec la prise quotidienne d’un comprimé quotidien de Truvada® ou de son générique
  • Un traitement « à la demande », avec la prise de quatre comprimés de Truvada® ou de son générique avant et après un rapport sexuel à risque (2 comprimés entre 24h et 2h précédant l’acte sexuel, puis 1 comprimé 24h et un autre 48h après la première prise). Ce schéma n’est pas applicable, pour des raisons physiologiques, aux femmes qui souhaiteraient prendre la PrEP.
Si je suis concerné.e, comment me faire prescrire la PrEP ?

La prescription de ce traitement s’effectue selon la procédure suivante :

  • Une première consultation (visite médicale globale incluant la détection de signes cliniques de primo infection à VIH ; entretien de counseling ; prélèvement sanguin pour VIH/VHB/VHC/fonction rénale/IST).
  • Une deuxième consultation, idéalement 2 à 4 semaines plus tard (nouvelle détection d’éventuels signes cliniques de primo infection à VIH ; conclusions sur 1er bilan biologique ; nouveau test VIH) avec première prescription de PrEP.
  • Avec l’ordonnance vous pourrez ensuite vous rendre dans n’importe quelle pharmacie. 
  • Une surveillance trimestrielle, incluant un dépistage du VIH, des hépatites et de la syphilis, et une surveillance du fonctionnement rénal. Ce rendez-vous trimestriel est égalementi le moment de renouveler l'ordonnance.
Où trouver un médecin spécialisé pour me faire prescrire la PrEP ?

Pendant longtemps, la prescription uniquement hospitalière a rendu l’accès difficile et inégal selon les territoires. Aujourd'hui, plusieurs lieux en France sont en mesure de proposer des consultations pour la prescription de la PrEP (les services hospitaliers spécialisés et les Centres Gratuits d'Information, de Dépistage et de Diagnostic)

Depuis le 1er juin 2021, la prescription initiale des médicaments aujourd’hui utilisés pour la prophylaxie pré exposition (PrEP) au VIH est désormais ouverte à l’ensemble des médecins, et notamment aux médecins généralistes.

La PrEP : quel suivi médical ?

La PrEP s’accompagne nécessairement d’un suivi médical. Ce suivi trimestriel permet de d’effectuer un dépistages complets des Infections sexuellement transmissibles (IST, contre lesquelles la PrEP ne protège pas) mais, également, de contrôler d’éventuels effets secondaires liés à la prise du traitement. A ce jour peu d’effets secondaires ont été observés lors des études sur la PrEP.

Mais combien ça coûte tout ça ?

Le traitement est entièrement pris en charge par la Sécurité sociale, aucune avance de frais ne peut donc vous être demandée. En revanche, il peut y avoir un reste à charge pour les consultations médicales ainsi que les examens biologiques. Si vous n’avez pas de mutuelle, privilégiez les Cegidd qui sont, par définition, gratuits.

Bon... mais comment peut-on être sûr que la PrEP ça marche vraiment ?

Plusieurs recherches ont prouvé l’efficacité de la PrEP :

Tous ces essais montrent que quand le médicament est bien pris selon le schéma indiqué, le risque de contamination est vraiment infime. De fait, la prophylaxie pré-exposition est désormais recommandée par de nombreuses instances nationales et internationales, comme l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le Conseil national du sida et des hépatites virales (CNS) ou encore la Haute Autorité de santé (HAS).