Université des jeunes chercheurs

L’Université des jeunes chercheurs (UJC) est une formation multidisciplinaire de recherche sur le VIH d’une semaine. Elle s’adresse aux doctorants, post-doctorants et associatifs engagés dans la recherche, travaillant sur le VIH et sur des thèmes d’intérêts pour l’avancement de la recherche sur le VIH.

Toutes les informations sur l'Université des Jeunes Chercheurs 2017 sont sur Transversalmag.fr. Rendez-vous sur cette page.

 

Tous les domaines de la recherche sur le VIH sont présentés : virologie, immunologie, anthropologie… avec la participation du Pr. Françoise Barré-Sinoussi, co-découvreuse du VIH et Prix Nobel de médecine 2008 et de plus de trente intervenants : chercheurs et représentants associatifs. Le programme comprend des cours et ateliers interactifs.

En 2015, Sidaction organise l’UJC pour la cinquième fois. Le succès de cette formation encourage l’association à renouveler cette expérience de transmission des savoirs et d’échange pluridisciplinaire.

De quoi s’agit-il ?

L’UJC c’est :

  • Une approche pluridisciplinaire de la recherche sur le VIH/sida
  • Des liens collaboratifs entre des jeunes chercheurs issus de toutes les disciplines
  • Une réflexion sur les problématiques de la recherche et les difficultés rencontrées par les personnes vivant avec le VIH
  • Motiver les jeunes chercheurs à s'engager sur le long terme dans le domaine de la lutte contre le VIH/sida

Le programme est établi pour chaque édition en fonction de l’actualité de la recherche sur le VIH/sida. Découvrez le programme de l’UJC 2015 en  cliquant ici


Où et quand ?

L’UJC 2015 aura lieu du 10 au 16 octobre à Carry-le-Rouet, près de Marseille. Les frais de participation sont pris en charge par Sidaction (venue, hébergement).

 

Comment participer ?

Les dépôts de dossier de candidature pour l'édition 2015 sont désormais clos.
Toutes les informations sont disponibles dans le formulaire de candidature en ligne (adresse ci-dessus).
La date limite de candidature : 20 mai 2015

 

Témoignages d’anciens participants

Lara Mahi, doctorante en sociologie à l’université Paris Ouest a participé à l’UJC 2011 :

"La pluridisciplinarité m'a permis de perfectionner mes connaissances sur le virus. C'était un point important en tant que socio-anthropologue. Je suis sans cesse questionnée sur les avancées de la recherche (vaccins, etc.) par mes enquêtés. Les conférences étaient très diversifiées et la vulgarisation a permis à chacun, quelle que soit sa discipline, de s’approprier les contenus.(…) Je me sens désormais appartenir à un réseau fort et soudé de chercheurs travaillant sur le VIH, quels que soient nos implantations géographiques, nos domaines de recherche ou encore nos financeurs"

 

Salmane Amidou, médecin à Parakou (Bénin), Master 2 de santé publique à l’université de Bordeaux en 2011, a participé à l’UJC 2009 :

"C’est une formation originale à plusieurs titres : comme espace d’échanges, tant avec les intervenants qu’entre jeunes chercheurs ce qui facilite le transfert de l’information, comme lieu de rencontre des acteurs de la lutte contre le VIH (du Nord et du Sud), ou encore avec le brassage entre chercheurs des sciences fondamentales, cliniques et sociales. Cela a provoqué chez moi un déclic et une prise de conscience de l’importance de ce que l’on peut gagner dans la collaboration. Sinon, il est facile de s’enfermer dans son domaine."

 

Lucie Etienne, jeune virologue qui a soutenu sa thèse à l’IRD de Montpellier en octobre 2011, puis post-doctorante sur le VIH au Etats-Unis, a participé à l’UJC 2009 :

"Au vu de l’offre par ailleurs disponible, l’UJC est clairement une formation atypique et enrichissante. La multidisciplinarité y est un plus indéniable. La formation m’a permis de mieux comprendre la problématique globale du VIH et comment les chercheurs d’autres disciplines et d’autres pays travaillent. Pour ma future vie de chercheur, j’y ai surtout appris l’importance des réseaux, des relations, de la vulgarisation et de la transmission des connaissances à un public divers."