Mots commençant par A

Termes du glossaire
Cliquez sur une des lettres ci-dessus pour voir tous les mots commençant par celle-ci.
ADN : (abréviation de Acide DésoxyriboNucléique)

Molécule biologique, formée de deux brins complémentaires enroulés en hélice (double hélice). Constituant principale des chromosomes, l’ADN contient l’information génétique, permettant le développement, le fonctionnement des cellules. Il assure la transmission du patrimoine génétique de génération en génération. Lors de son cycle de réplication, le virus VIH introduit une copie de son ADN dans celui de la cellule afin de se multiplier

AIDS

Acquired Immuno-Deficiency Syndrome ; en français : SIDA

Anticorps

Glycoprotéine du système immunitaire produite par les lymphocytes B. Un anticorps reconnaît de façon spécifique un antigène donné pour le neutraliser et participer à sa dégradation. Il est produit en forte quantité lorsque l’antigène est détecté par le système immunitaire. La présence d’anticorps anti-VIH dans le sang signifie une infection par le VIH. On dit que la personne est séropositive (voir séroconversion).

Antigène

Substance d’origine biologique (protéine bactérienne, virale, etc.) ou synthétique, reconnue par le système immunitaire comme étrangère à l’organisme et qui provoque une réponse immunitaire spécifique.

Antigène p24

L’antigène p24 est une protéine constituante de la capside du virus VIH. Elle est sécrétée dans le sang au cours de l’infection. Le taux d’antigènes p24 dans le sang est utilisé comme marqueur direct de la multiplication du virus. La recherche de l’antigène p24, par un test ELISA, est un marqueur de primo-infection.

Antiprotéase

Molécule antivirale qui agit en inhibant la protéase du virus (enzyme qui participe à la reconstruction des protéines virales à l'intérieur de la cellule). Lorsque celle-ci est bloquée, les nouveaux virus produits sont défectueux et ne peuvent plus infecter de nouvelles cellules. Les antiprotéases font partis des traitements antirétroviraux.

Appartements de coordination thérapeutique (ACT)

Ils accueillent des personnes en situation de précarité touchées par une pathologie chronique invalidante (sida, hépatite, cancer, sclérose en plaques, etc.). Ils proposent un hébergement à titre temporaire à des personnes qui nécessitent des soins et un suivi médical. Ce dispositif permet d’assurer la coordination des soins, l’observance des traitements et d’offrir un accompagnement psychologique et une aide à l’insertion. Par la loi du 2 janvier 2002, rénovant l’action sociale et médico-sociale, les ACT sont devenus des établissements médico-sociaux dont le fonctionnement est régi par des textes réglementaires. La majorité d’entre eux est gérée par des associations de lutte contre le VIH.

ARV (antirétroviral)

Médicament indiqué pour traiter l’infection à VIH. Les ARV réduisent la multiplication du virus dans l’organisme. Ils existent plusieurs classes d’ARV, qui agissent à différentes étapes du cycle viral. Les traitements ARV associent 3 molécules de classes différentes (on parle de trithérapie) pour combattre le virus. D’autres termes sont également employés pour parler de la trithérapie : HAART (Highly Active Antiretroviral Therapy) pour « traitement antirétroviral hautement actif » ou de cART (combined ART). Une bonne adhérence au traitement ARV permet de maintenir une charge virale indétectable. 

Autotest (ou ADVIH)

Kit de dépistage du VIH utilisé hors prescription médicale, permettant au sujet lui-même de réaliser un test de dépistage par prélèvement d’une goutte de sang au bout du doigt et de lire les résultats (des tests réalisés sur fluide gingival peuvent être commercialisés dans certains pays). Les autotests disponibles permettent la détection des anticorps anti-VIH-1 et anti-VIH-2 à partir de trois semaines à un mois après l’infection. Un résultat négatif d’autotest ne peut être considéré comme fiable que s’il n’y a pas eu de prise de risque au cours des trois derniers mois avant la réalisation du test.

AZT : Ou ZIDOVUDINE®.

Premier médicament contre un rétrovirus utilisé pour lutter contre l’infection à VIH, a été pendant longtemps le premier traitement proposé, distribué par GLAXO-WELLCOME® sous le nom commercial de RETROVIR®. Son usage en monothérapie n’existe plus depuis 1997.