Un travail sur les impacts de l'activisme pro-virginité chez les jeunes femmes récompensé

L'anthropologue Francesca Mininel a reçu le prix de thèse de l’association Amades pour son travail de recherche intitulé « Virginity for health : le concours de vierges modèles et la prévention du VIH/sida au Togo »
Publié le 30.06.2021.

Francesca Mininel, anthropologue (université Aix-Marseille/TransVIHMI IRD), a reçu le 29 juin 2021 le prix de thèse de l’association Amades, Association en anthropologie médicale et de la santé, pour son travail de recherche doctorale intitulé « Virginity for health : le concours de vierges modèles et la prévention du VIH/sida au Togo », qui a bénéficié d’un financement de Sidaction.

Le sujet de cette thèse est venu en 2009 à Francesca Mininel quand elle travaillait au Togo, en milieu rural, voyant pour la première fois une campagne d’un organisme Etats-Uniens assurant la promotion de la virginité chez les femmes. Ce type d’intervention a donné lieu à la mise en œuvre à Lomé, la capitale, de différentes actions de promotion de la virginité conçue comme moyen de prévention du VIH. Tout le travail de Francesca Mininel a été de décrire avec minutie les différents impacts de cet activisme pro-virginité chez les jeunes femmes mais également chez les femmes vivant avec le VIH, et notamment l’atteinte aux droits humains, la stigmatisation et le risque de harcèlement des jeunes filles.

Lors de la remise du prix, le docteur Jean-François Somé, aujourd’hui conseiller ONUSIDA PEPFAR/Fonds Mondial, a rappelé combien ce travail avait été salutaire : « Le travail de Francesca Mininel a permis d’apporter un éclairage sur certaines approches perçues ou présentées comme efficaces à certains professionnels, alors qu’en fait, quand on creuse l’approche en question, les messages qui sont véhiculés sont délétères à long terme. Les pratiques comme les concours de virginité sont dangereuses parce qu’elles véhiculent des messages très négatifs qui font régresser la lutte contre le sida. Ce travail a beaucoup apporté sur les questions de genre, sur la notion même de genre, qui n’est pas toujours très bien comprise par les professionnels mais qui permet de saisir l’impact des inégalités sur les programmes de lutte contre le sida. » Sa directrice de thèse, Alice Desclaux, directrice de recherche à l’IRD, a de son côté souligné la valeur critique de son travail, estimant qu’elle avait eu sur ce sujet un rôle de lanceur d’alerte.

Voir la présentation de ce travail sur le site Amades : https://amades.hypotheses.org/13546.

Le prix Amades 2020 a conjointement été remis à Nils Graber, École des hautes études en sciences sociales, pour sa thèse intitulée « La vacuna, une innovation cubaine : immunothérapie du cancer, essais cliniques et soins primaires aux marges de la globalisation ».